Trek Checkpoint ALR 5 : le gravel polyvalent pour tous les terrains

Trek Chekpoint ALR 5

Le Trek Checkpoint ALR 5 est un vélo gravel polyvalent, conçu pour les cyclistes à la recherche d’un vélo performant sur divers terrains. Avec son cadre en aluminium robuste et léger, une géométrie de cadre “progressive” et des composants de qualité tels que le groupe Shimano GRX et les pneus Bontrager GR1, il offre stabilité et réactivité. Bien que son poids puisse être un inconvénient pour les montées raides et que la selle standard puisse nécessiter un remplacement pour un confort optimal, ce vélo se distingue par sa capacité à s’adapter aussi bien aux routes qu’aux sentiers de gravel, le rendant idéal pour les cyclistes cherchant une expérience de conduite polyvalente.

Points forts

  • Polyvalent
  • Stable
  • Pratique

Points faibles

  • Coûteux
  • Traditionnel

Notre test vidéo

Nous voici face au Trek Checkpoint ALR 5, un velo qui s’insère avec aisance dans l’illustre lignée des gravel de la marque. Ce modèle, d’allure robuste et fidèle, se pare d’une conception en aluminium, promettant un pilotage prévisible, sans fioritures, bien que sa géométrie puisse paraître traditionnelle à certains égards.

Dès le premier regard, ce vélo évoque une invitation à l’aventure, grâce à son ensemble drivetrain 1x, sa tige de selle télescopique et, fait non négligeable, il est livré avec une sacoche de cadre d’emblée. À travers nos tests, ce vélo s’est révélée être un compagnon de route certes posé, peut-être pas le plus trépidant, mais sans aucun doute fiable. Il offre une plateforme de qualité, mais il faut reconnaître que son acquisition représente un certain investissement.

Avec le Trek Checkpoint ALR 5, vous vous lancez dans une odyssée sur deux roues, promesse d’escapades inoubliables sur des chemins moins empruntés. Quelles que soient les attentes, ce vélo cherche à les satisfaire avec aplomb, tout en signalant dès le départ que la qualité a un prix. 

Le cadre

Positionné un cran en dessous de ses frères en carbone, les Checkpoint SL et SLR, ce vélo fait certaines concessions pour afficher un prix plus abordable. Toutefois, ces ajustements ne l’empêchent pas de briller sur les chemins.

Le système IsoSpeed, cette ingénieuse articulation qui dissocie le tube de selle du tube supérieur pour une flexibilité accrue et une absorption des chocs améliorée, ne trouve pas sa place ici. Cela signifie que les vibrations et impacts plus conséquents seront davantage ressentis. De plus, l’absence de rangement intégré dans le tube diagonal vous incitera à adopter des méthodes de portage plus traditionnelles pour vos équipements et réparations.

Un atout non négligeable de ce cadre en aluminium réside dans sa conception épurée au niveau de l’avant, évitant l’intégration complexe. Cela se traduit par une maintenance facilitée, notamment pour le service ou le remplacement des roulements de direction. Les câbles et durites, bien que visibles, s’intègrent harmonieusement grâce à des passages dédiés sur le tube diagonal, nécessitant l’utilisation de gaines en mousse fournies pour éviter tout bruit parasite.

Le Checkpoint ALR 5 arbore une silhouette relativement classique, malgré ses atouts destinés au bikepacking. Il est forgé dans l’aluminium de la série 300 de Trek, le plus léger proposé par la marque américaine. Avec un poids de cadre annoncé à 1 490 g en taille 56 (peinture incluse) et une fourche ajoutant 580 g à la balance, l’ensemble promet réactivité et légèreté.

La géométrie du cadre, avec son tube supérieur légèrement incliné et son large tube diagonal triangulaire, s’aligne sur la tradition esthétique de Trek, tout en incorporant des caractéristiques modernes telles qu’un hauban abaissé pour une meilleure absorption des chocs et une plus grande flexibilité.

Le design maintient une allure traditionnelle, avec des haubans droits et un tube de selle rond et fin. Pourtant, il s’accorde aux tendances actuelles du gravel avec un hauban côté transmission abaissé, offrant l’espace nécessaire pour des pneus de 700x45mm. Une compatibilité avec des roues de 650b jusqu’à 2,1 pouces de large est également au programme, augmentant ainsi la polyvalence du Checkpoint ALR 5.

Le cadre ne manque pas de points de fixation pour l’équipement. Cinq inserts sur le tube diagonal permettent de choisir entre deux porte-bidons ou un mélange porte-bidon et sac de cadre. D’autres points d’ancrage sont répartis sur le vélo, offrant une multitude d’options pour l’ajout de sacoches, garde-boue ou autres accessoires essentiels à l’aventure.

Cependant, l’unique manquement pourrait être l’absence d’un passage interne pour un câble de dynamo dans la fourche. Ce détail mis à part, le Trek Checkpoint ALR 5 se présente comme un compagnon robuste et prêt à affronter des kilomètres de gravel, tout en conservant une certaine simplicité rassurante pour les puristes.

Trek Checkpoint ALR 5

La géométrie

La géométrie est un domaine, souvent sous-estimé mais joue un rôle primordial dans le comportement et le confort du vélo, surtout sur des terrains variés comme ceux rencontrés en gravel. Le Checkpoint ALR ne déroge pas à cette règle, proposant une géométrie qui s’inscrit clairement dans une filiation routière, tout en s’adaptant subtilement aux exigences du gravel.

Lors de notre évaluation, nous avons mis à l’épreuve un modèle de taille 56cm, adapté à ma stature d’1m80. Il est intéressant de noter que Trek a opéré des ajustements par rapport à son prédécesseur, rendant la conduite à la fois plus confortable et plus réactive. La géométrie a été peaufinée : l’angle du tube de selle a été légèrement incliné, l’empattement et les bases allongés, ce qui contribue à une stabilité accrue, surtout à haute vitesse ou sur des descentes techniques.

Chaque taille de cadre est désormais équipée d’une potence 10mm plus courte que sur les modèles antérieurs, augmentant ainsi la maniabilité du vélo. Mon modèle, un 56cm, était équipé d’une potence de 90mm. Trek décrit sa géométrie comme étant « rapide et agile, tout en vous gardant stable et en contrôle lors de descentes rapides et accidentées ». Un équilibre que l’on recherche tous dans un vélo de gravel.

L’angle de direction de 72.2 degrés est relativement prononcé, comparé à d’autres références du marché comme le Specialized Diverge ou le Niner’s RLT 9 RDO. Cette caractéristique, associée à un angle de tube de selle plus détendu, confère au Checkpoint une allure assurée et une maniabilité réactive, sans sacrifier la stabilité.

Le reach (distance horizontale entre le boîtier de pédalier et le haut du tube de direction) est généreux, promettant une position plus étendue et agressive, favorisant l’efficacité et le contrôle sur les longues distances. La géométrie ‘stable’ du vélo, caractérisée par un empattement long et des bases de 435mm, offre une plateforme rassurante, idéale pour les descentes rapides ou les parcours sur des graviers fins.

Trek a intelligemment équilibré ces dimensions pour fournir un vélo qui, tout en restant fidèle à des lignes inspirées du cyclisme sur route, se montre incroyablement compétent sur une grande variété de terrains. Cette polyvalence est au cœur de ce qui rend le Checkpoint ALR 5 Driftless si attrayant pour les cyclistes cherchant à explorer au-delà de l’asphalte, sans pour autant renoncer à une expérience de conduite dynamique et réactive.

Spécifications techniques

Alors que ce modèle trônait fièrement au sommet de la gamme Trek de 2022, quelques évolutions ont été apportées pour les modèles récemment annoncés de 2023-24.

D’emblée, le cadre du Checkpoint ALR 5, avec sa livrée en « Satin Cobra Blood », affiche un prix de vente qui reflète son positionnement premium au sein de la collection. Mais au-delà de son apparence, c’est sa constitution qui captive l’attention : équipé majoritairement du groupe Shimano GRX RX800 en 11 vitesses, le vélo promet des performances de changement de vitesses précises et fiables. Cependant, pour s’aligner sur un tarif plus accessible, certaines concessions ont été faites, comme l’adoption d’un pédalier un cran en dessous, le RX600, bien que mon modèle d’essai bénéficiait d’un upgrade avec un pédalier Praxis Alba et une cassette XT, compensant ainsi les problèmes d’approvisionnement.

L’ensemble roue-pneu provient de chez Bontrager, la marque maison de Trek, avec des jantes Paradigm SL associées à des pneus Bontrager GR2 Team Issue de 40mm de large. Cette configuration offre un bon compromis entre robustesse et performance sur divers types de terrains. Les jantes, avec un largeur interne de 21mm, se situent dans la moyenne pour des roues de gravel, tout en étant prêtes pour une conversion tubeless facile grâce aux valves et au fond de jante déjà installés.

L’un des éléments distinctifs de ce modèle est son poste de pilotage, qui fait exception à la règle Bontrager en intégrant une tige de selle télescopique Easton EA70 AX offrant 50mm de débattement. Une attention particulière a été portée à l’intégration du levier de commande de la tige de selle, assurée par le levier gauche GRX-800, une touche d’élégance et de praticité bienvenue.

Le design général du vélo, ainsi que son schéma de couleur, témoignent d’une attention au détail remarquable. Les graphismes inspirés de la région Driftless, notamment à travers les lignes topographiques intégrées dans les logos Trek et sur les jambes de la fourche, ajoutent une dimension esthétique et personnelle au vélo. La sacoche de cadre Adventure Boss incluse renforce l’allure aventurière du Checkpoint ALR 5 Driftless, offrant une capacité de chargement supplémentaire tout en résistant aux intempéries.

Le poids du vélo, en taille 56cm, atteint 10.44kg, sacoche de cadre incluse, positionnant le Checkpoint ALR 5 comme un concurrent sérieux dans sa catégorie, prêt à affronter des kilomètres de terrain varié.

Impression de conduite

Après avoir parcouru plus de 500km à travers des sentiers et des chemins variés, du sud est Français l’heure est venue de partager nos impressions sur le Trek Checkpoint ALR 5. Cette période d’essai, s’étalant de la fin de l’été à l’automne, a été l’occasion de mettre ce vélo à l’épreuve dans des conditions diverses, y compris lors d’une sortie simulant une expédition de bikepacking sur 100km.

Ce qui frappe d’emblée avec le Checkpoint ALR, c’est sa facilité de prise en main, particulièrement pour ceux qui transitent du bitume au gravel. Sa géométrie, inspirée des vélos de route dédiés à l’endurance, offre un pilotage neutre et une position confortable, qui ne sacrifient en rien la réactivité. Bien qu’équipé de composants robustes, le cadre se distingue par sa vivacité. Il ne brille peut-être pas par une accélération foudroyante, mais une fois lancé, il maintient son élan avec assurance.

En matière de grimpette, le vélo se montre compétent, bien que l’on puisse désirer un angle de tube de selle légèrement plus prononcé pour optimiser la répartition du poids et faciliter l’ascension. Sur les descentes et les terrains meubles, la longueur de l’empattement confère au Checkpoint ALR une stabilité rassurante, le rendant particulièrement à l’aise sur le gravel léger ou les routes dégradées.

Le terrain de jeu idéal du Checkpoint ALR 5 semble être les vastes étendues de graviers fins, rappelant les paysages de la région Driftless, près du siège de Trek dans le Wisconsin. C’est dans ce contexte que le vélo exprime pleinement son potentiel, invitant à l’exploration sans fin.

Cependant, lorsque le parcours se corse, certains aspects se font sentir. Le feedback, particulièrement au niveau de l’avant, souligne sans équivoque que nous sommes aux commandes d’un vélo en aluminium. Malgré des ajustements de pression dans les pneus, l’impact des terrains plus techniques se fait ressentir sur les poignets après une longue journée en selle. Sur certaines descentes parsemées de creux et de bosses, la prudence est de mise pour éviter d’être trop secoué.

L’angle de direction, plutôt vif, est à double tranchant : si cette caractéristique contribue à la réactivité du vélo, elle limite également son aptitude à absorber les irrégularités du terrain avec sérénité. L’intégration d’une tige de selle télescopique est une invitation à repousser ses limites, mais pour profiter pleinement des capacités du vélo sur des terrains exigeants, maximiser le dégagement offert par les pneus de 45mm s’avère judicieux. Des améliorations comme l’ajout d’un cintre et d’une tige de selle en carbone pourraient également accroître le confort.

En charge complète, le comportement du vélo évolue positivement, offrant une meilleure gestion des terrains techniques. Cependant, contrairement à d’autres modèles qui se révèlent sous le poids du chargement, le Checkpoint ALR conserve une conduite plus posée, préférant la prévisibilité à l’exubérance.

Au niveau des composants, le groupe Shimano GRX-800 en 11 vitesses assure des performances de changement de vitesse impeccables, bien qu’une version en 12 vitesses, offrant une plage de rapports plus large, aurait été appréciée pour le bikepacking. Les roues Paradigm SL et les pneus GR2 Team Issue de Bontrager complètent l’ensemble avec compétence, bien que des pneus offrant une meilleure accroche dans la boue auraient été préférables pour certaines conditions.

Notre verdict final

Après des kilomètres de tests et de découvertes au guidon du Trek Checkpoint ALR 5, le moment est venu de livrer notre verdict final sur cette monture destinée aux amateurs d’aventures sur gravel. Ce vélo, enraciné dans une philosophie de robustesse et d’efficacité, se révèle être une proposition intéressante pour ceux qui cherchent à s’évader des sentiers battus, tout en conservant un lien avec la route.

Le positionnement tarifaire du Trek Checkpoint ALR 5 soulève une réflexion sur son rapport qualité-prix. Bien qu’offrant des spécifications solides et une finition de qualité, son prix peut sembler élevé comparé à d’autres offres sur le marché qui proposent des cadres en matériaux avancés ou des équipements plus haut de gamme pour un coût similaire ou inférieur.

Le Trek Checkpoint ALR 5 est un peu comme la crème glacée à la vanille : une valeur sûre qui satisfait ceux qui recherchent une expérience fiable et sans mauvaise surprise, mais qui pourrait laisser sur leur faim ceux en quête de sensations plus fortes et d’innovations techniques.

Samantha

Ancienne coureuse cycliste professionnelle reconvertie en aventurière du gravel, Sam apporte son expérience de la compétition et son amour des explorations épiques hors des sentiers battus pour superviser la couverture de Vélo Vision.

Retour en haut